jeudi 11 août 2016

Louis et son amoureuse: Maman

Complexe d'Œdipe
Je suis très câline, affectueuse et tactile de manière générale et forcément particulièrement avec les gens que j'aime donc Louis compris. Sauf que dans sa petite tête de bambin, au niveau affectif, il s'en passe des choses! Il n'est pas "terminé", il se découvre et se développe affectueusement et émotionnellement parlant. Nous, parents, nous sommes bien sur aux premières loges avec en tête toujours ce garde-fou qu'on appelle "éducation". Car on peut avoir les meilleures intentions, l'amour ne suffit pas, il faut réfléchir à ce qu'on fait, comment on éduque notre enfant, là où on veut l'amener (Amour et indépendance) et comment y arriver. Cela nous contraint donc à être régulièrement sur le qui-vive, se remettre en question, surtout quand il s'agit des émotions.


Car quand mon fils me regarde et me dit qu'il m'aime, je craque!! Je craque et le sers fort dans mes bras en lui disant que moi aussi je l'aime!

Et à l'approche de ses 5 ans, je me dois de prendre de la distance au niveau émotionnel justement. Enfin, pas tant de la distance, mais une certaine forme de distance, de barrière. Et d'explications.

Car depuis peu il m'appelle sa chérie. J'ai trouvé ça choupinou la première fois et quand il a vu ma tête attendrie il m'a regardé avec satisfaction en me serrant dans les bras et en essayant de m'embrasser sur la bouche.

Bim. Et merde.

J'ai laissé couler pour cette fois-là, sachant qu'un second épisode allait arriver très rapidement. Et ce fût le cas. Sur quoi je lui ai expliqué que j'étais sa mère chérie, certes, mais que je suis la chérie de Papa.

Bim. Des larmes.

"Mais et moi alors? Je suis tout seul! Je n'ai même pas d'amoureuse! Comment je fais moi alors?"

Je lui explique qu'il en aura une un jour! Il suffit de demander.

"Mais elles disent toujours non!
- Alors embrasse la et tu verras bien."

Complexe d'Œdipe


D'ailleurs brève parenthèse: Je suis contente qu'il ai mis de lui même un genre à son amoureux/se, ça m'évite de faire des gaffes, où de le conduire là où se serait contre instinct pour lui (Je vous renvoie à mon billet contre le sexisme ordinaire

"Et tes copains, ils ont des amoureuses?
- Non, même pas.
- Ah bah donc tu n'es pas le seul!
- Non c'est vrai.
- Donc tu n'as peut être pas de chérie, mais tu as des copains!
- Oui, c'est vrai, c'est bien."

Et si c'était si simple...

Car il y a le comportement aussi! Le matin quand il vient nous réveiller, en fait, il vient ME voir. Il se met exprès entre son père et moi et me câline tendrement. Bon, là je ne mets pas spécialement de barrière (Sauf le bisou bouche) par contre c'est avec son père que ça se gâte.

Car si moi j'ai le droit à la tendresse au réveil, son père bien naturellement à le droit à la violence. 

Et oui, il n'a forcément pas le même rapport avec son père puisque son père vole sa chérie. Alors c'est beaucoup de bagarre entre eux en ce moment mais aussi de défiance d'autorité. A coup de:

"Moi je fais comme je veux, c'est moi qui décide, pas toi Papa!"

Ok...

On le sait, c'est une période à passer, mais on reste au taquet, à l'affût. Dialogues, échanges, explication, et toujours l'amour. Car c'est bien l'amour qui berce nos rapports même dans cette période délicate de construction émotionnelle.

Et vous, vous vivez comment ce genre de période?








2 commentaires:

  1. Difficile période pour le parent qui n'est pas "privilégié". :-) Je n'ai pas connu, n'ayant pas d'enfants, mais mon entourage en a et c'est pas toujours simple !

    Par contre euh... Je me doute que là n'est pas ton intention mais :

    "Mais elles disent toujours non!
    - Alors embrasse la et tu verras bien."

    ► Désolée mais j'y vois un peu une invitation au non respect du choix de la fillette. Je ne suis pas sure de bien m'exprimer parce que je ne vais quand même pas parler "d'agression" ou de "viol" entre enfants de 4-5 ans, mais j'espère que tu me comprends. En plus, j'imagine que c'est juste la formulation dans le billet qui m'a fait tiquer.

    Mais je voulais quand même le signaler, parce que euh... Bah parce que. :D (Désolée !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah pour le moment, ce n'est pas très compliqué, dans le sens où il ne rejette pas son père et continue à vouloir passer des moments tendres avec lui ^^

      Alors concernant ta réflexion, je la trouve ultra pertinente car en plus, moi même en lui disant cette phrase, j'ai bloqué et y ai réfléchis. Effectivement, c'est un bambin de 5 ans, mais... c'est à cet âge où il faut faire attention à ce type de chose. Sauf que je l'ai dis par instinct donc j'me suis posé là dessus et en fait Louis est un grand timide. Il a beaucoup du mal à aller vers les autres. Les autres viennent naturellement à lui donc pas de soucis, mais il a dû mal à aller vers qui il voudrait aller. Donc je pense qu'inconsciemment c'était le sens de ma phrase quand elle est sortie, mais je te rejoins: Elle est très délicate à dire, et de la dire chez certains garçons (Ou fille car je lui aurais dit la même chose si ça avait été une fille) peut devenir problématique dans sa relation globale avec autrui ^^

      Supprimer

Quelque chose à dire?