jeudi 2 juin 2016

Louis et le sexisme ordinaire

Par principe je suis contre le sexisme ordinaire. C'est beau les principes, non? Je suis contre la méchanceté aussi, la faim dans le monde et je suis par principe contre la guerre. Oui à l'écrit cela semble fabuleux. Encore faudrait-il savoir de quoi l'on parle exactement et savoir comment dans le quotidien ça transpire. Car oui, le sexisme ordinaire me touche et j'y fais attention. Malgré tout ce n'est pas pour ça que je n'en fais pas. Sans m'en rendre compte. Et c'est bel et bien Louis et la magie de la parentalité qui m'ont fait me rendre compte de certaines choses dont je voudrais vous parler aujourd'hui. Je sais que je vous avais promis de vous reparler beauté très rapidement, mais une envie en entraînant une autre c'est un billet "Maman" que je vous propose.


D'abord le sexisme ordinaire c'est quoi? C'est quelque chose qui se cache dans le quotidien, sans qu'on ne s'en rende compte puisqu'il est ordinaire. Ce qui est ordinaire donc, nous paraît normal.

Il est ordinaire par exemple que les femmes râlent sur les hommes car ils ne rabaissent pas la lunette des toilettes. A contrario il est normal que les hommes ne râlent pas car la lunette des toilettes n'est pas relevée. C'est une image collective à laquelle tout le monde adhère. Et même si les gens n'adhèrent pas, ils ne viendraient pas remettre en cause ce fait car il est si anodin...si ordinaire. Les femmes râlent pour un rien, on le sais tous.

Le sexisme ordinaire c'est aussi quand je reçois une convocation médicale pour Louis où on me demande d'apporter l'attestation carte vitale de la mère de l'enfant. Car forcément l'enfant n'est inscrit que sur celle de la mère: C'est elle qui l'amène le plus souvent chez le médecin. Elle a le temps, vous me direz!

Le sexisme ordinaire c'est quelque chose de pas beau, on en convient tous. Mais pour essayer d'aller à l'encontre de ce dernier, il faut commencer dès le départ, c'est à dire l'éducation.

C'est ainsi que Louis me demande de regarder la Reine des neiges et que je lui dis "Mais pourquoi? C'est pour les filles ça?!!!"

Bim prend toi ça dans les dents Etteilla! Cette phrase est sorti instinctivement. Instinctivement quoi!!

Ou comme un autre jour où je me mets du vernis à ongles. Il m'en demande aussi. "Non Louis c'est pas pour les garçons, c'est pour les filles". Lui de me regarder avec interrogation "Ha bon?"

Électrochoc dans ma tête: "Non Louis, j'ai dis une bêtise. Le vernis à ongles, c'est pour les grands. C'est pas pour les petits."

Il commence d'ailleurs à bien s'y faire puisque ça fait plus d'un mois qu'il me réclame une Barbie avec son éternel: "Bah oui Maman hein, les barbies ce n'est pas que pour les filles et les filles ont le droit d'aimer jouer avec des voitures hein, c'est vrai hein!"

Oui mon grand, c'est vrai. Mais quand on voit que tu n'as pas encore 5 ans et que je suis capable, d'instinct, de sexisme ordinaire, je n'en reviens pas. Le chemin sera long mon fils mais ensemble nous allons y arriver.

Alors j'ai besoin de vos témoignages. En terme de sexisme, vous, parents, il vous est déjà arrivé la même chose? Comment avez-vous réagi? Sur quoi exactement vous faites particulièrement attention?


10 commentaires:

  1. C’est très intéressant cet article !! J’ai un petit garcon de 18 mois et dernièrement il a voulu enfiler mes bijoux. J’ai eu un petit moment de retenue exactement comme tu le décris et puis je n’ai finalement rien dit. Et depuis il se balade presque tous les soirs fièrement avec mon gros collier autour du cou ;) . Mais ca reste un combat de tous les jours...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui avec les bijoux il a eu sa période aussi, je ne m'en souvenais plus! Et son père de dire "Attend c'est pour les filles ça, faut qu'on l'arrête" ! Mais je ne l'ai pas arrêté. Des fois ça lui revient car oui les hommes aussi peuvent porter des bijoux! :)

      Supprimer
  2. Bonjour,

    Je découvre votre blog aujourd'hui. Le sexisme ordinaire j'y suis de plus en plus sensible pour les adultes et les enfants. Ma puce de 3 ans ne sort pas du lot. Bêtement c'est aujourd'hui son anniversaire et nous avons souhaité lui offrir un vélo : il est quasiment impossible d'acheter un vélo à prix raisonnable qui sorte du rose pour les filles / bleu pour les garçons, ou des licences disney et autres personnages. Nous avons donc opté pour un vélo blanc avec du rose et du violet (mais moins que les autres). Il y a beaucoup de chose qui passe aussi par le vocabulaire, les histoires que l'on raconte : ainsi j'essaie de faire à ce que je dis, ce que l'on dit à la maison : personne ne tape : ni fille, ni garçon, tout le monde peut pleurer, oui tu as le droit de jouer aux voitures et aimer sam le pompier. Non ma puce il n'y a pas que maman ou tata qui va dans la cuisine (j'adore cuisiner je suis donc souvent dedans, mais mon mari fait aussi à dîner).
    J'essaie du mieux possible de montrer qu'une fille et un garçon ont le choix.

    C'est un peu brouillon mais, il faut surtout je pense se rendre compte de tout ça. On évolue en même temps que nos enfants.

    Bonne journée.

    Isabelle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il est important de s'en rendre compte: C'est la première étape, essentielle! Pour les pleurs j'ai eu également le cas... tiens encore tous à l'heure car il s'est fait un bobo à l'école: "Et je n'ai même pas pleuré!" "Oui c'est bien mais si tu pleures, c'est pas grave, ça arrive!"
      Oh oui le choix des couleurs dans les jouets ou autre... pénible!! C'est ce que j'aime bien par exemple chez Hema: Ils font des jouets mixtes... mixtes de couleurs quoi!
      Très belle soirée et merci pour votre passage!

      Supprimer
  3. Le sexisme ordinaire est arrivé chez nous par mon fils en moyenne section, une volonté de se conformer au groupe de garçon je pense.
    Perso, je ne me vois pas lui dire "c'est pour les filles" (mais effectivement, sauf peut-être pour le soutien-gorge mais bon! )

    Ici, il a toujours eu une poupée, une cuisine ou des objets de ménage qui côtoie outils,playmobils et superhéros!
    Il adore la Reine des neiges et il aimait encore Cendrillon l'an passé (maintenant, "c'est pour les filles" mais je crois qu'il aime bien quand même lol).

    Bref,il y a ce qu'on dit (par réflexe, etc) et ce qu'on fait. Si dans les faits, tu le laisses regarder la Reine des neiges etc, et bien je pense que c'est là le plus important non?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est vrai que mon fils n'a que 4 ans donc pour le moment, il n'y a pas encore cet écart marquant (Et nécessaire par ailleurs) entre filles et garçons.. là ça va être sport!

      Oui, c'est effectivement important que j'agisse dans le bon sens dans les faits, mais la parole est essentielle dans le sens où ils ne connaissent presque aucun concept, ils sont vierge de tout et c'est le genre de petite phrase explicative qui va rester encrer et parfaire sa pensée!

      Supprimer
  4. Bravo pour cette prise de conscience : le problème avec le sexisme ordinaire, ce que, souvent, on ne s'en rend même pas compte.
    Et pourtant, comme toi, c'est un sujet qui me touche beaucoup, et j'aimerais pouvoir donner à ma fille les bases d'une éducation non stéréotypée : elle est encore petite, mais je suis persuadée qu'avec l'entrée en maternelle, son regard sur l'égalité entre les femmes et les hommes, et, à son échelle, entre les petites filles et les petits garçons, va être mise à rude épreuve.
    Du coup, peut-être que j'en fais trop ? (enfin, je dis "je", mais tu vois, sexisme ordinaire ici aussi, car son papa en fait tout autant !). Bref, on a tendance à lui proposer presque systématiquement des jeux dits de petits garçons (ballon, voitures, bricolage) et à freiner des quatre fers pour les poupées, poussettes, accessoires de ménage, etc.... Je me rends compte qu'on devrait plus équilibrer ces aspects-là, histoire qu'un jour, par opposition, elle ne tombe pas dans l'excès inverse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand on commence à bloquer dessus c'est vrai qu'on peut très rapidement faire une fixette... au départ de ma réflexion dessus, j'ai eu cette tendance aussi...et puis je me suis dis que l'important étaient mes propos et mes explications. Puis dans un second temps, ne pas lui refuser qquchose. Là dernièrement il m'a réclamé une Barbie. Alors oui il l'aura! :)

      Supprimer
  5. Ah sacré débat... Ce que je sais et constate malheureusement, c'est qu'il est moins choquant de voir une petite fille jouer au foot que de voir un petit garçon avec du vernis. L'une sera qualifiée de garçon manqué "mais ce n'est pas trop grave" l'autre, je ne préfère même pas l'écrire.
    J'ai les mêmes principes et idées que toi, et comme toi, je me surprends parfois de mes réflexions. Le chemin est long, mais il y a de l'avancement.
    Moi je n'ai jamais râlé pour la lunettes des wc, je ne vois pas pourquoi ils devraient absolument la baisser et pourquoi nous on ne la relèverai pas. De toute façon, le plus hygiénique c'est de tout baisser quand on tire la chasse d'eau ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hahaha, bien vu pour les WC!! :)

      Le chemin est long oui mais effectivement si à ce jour nous nous y attardons sur nos enfants, alors pour les générations futures, le sexisme ordinaire deviendra de moins en moins présent. On travaille pour l'avenir!! :D

      Supprimer

Quelque chose à dire?