lundi 3 décembre 2012

Quand le jeu devient un apprentissage


Ça faisait longtemps que je n'avais pas fait un billet "Bébé". Non pas que ma vie de Maman n'est plus aussi intéressante, bien au contraire mais je n'en ressentais pas le besoin. Jusqu'à aujourd'hui. Là maintenant tout de suite, j'ai envie de vous partager quelque chose.
Ce quelque chose n'est qu'un début. Une étape. Enfin, des étapes il y en a eu plein hein mais là je te parle de ce genre d'étape qui marque presque autant que son premier fou rire.

 
 

 
 
Depuis quelques temps, on adore jouer à la course poursuite. Je me retourne, il me courts après (à 4 pattes hein j'entends) et je me retourne et je lui cours après (Très lentement, bien évidemment) et il se sauve en se gaussant comme un dingue. Et ça me fait rire. Et ça le fait rire.
 
 
Et donc ce soir là, comme d'habitude, il m'interpelle pour jouer à la course poursuite: Mon voisin du dessous doit nous haïr. M'en fiche.
 
 
Et là il vient me chercher, se lève en se tenant à mes genoux. Je pensais que comme à son habitude, il allait grimper sur le siège pour venir me faire un câlin. Non, il voulait encore jouer. Alors il se retourne et fais un pas devant lui. Pour se sauver.
 
 

 
 
Oh purée je n'en crois pas mes yeux. Alors j'attends qu'il revienne et cette fois ci je le met debout droit vers la destination pour se sauver. Il fait alors deux pas. Avant de tomber à genoux pour finir sa course folle à 4 pattes.
 
 
Une dernière fois il revient vers moi, je le remets debout et...il me fait 4 pas. Il trébuche et finit sa course à 4 pattes.
 
 
Louis, le filou qui sait grimper dans les canapés depuis des mois, qui sait même grimper sur la table basse depuis quelque semaine. Louis qui sait marcher avec un trotteur depuis des mois...Louis se décide enfin.
 

 
 
Je n'étais pas inquiète du fait qu'il ne marche pas encore. D'ailleurs il ne marche pas encore, il n'a fait que quelque pas. Mais en tant que mère forcément j'y réfléchis vu que c'est un bébé fortement développé sur le plan psychomoteur. Alors qu'est-ce qui le bloque?
 
 
Pour moi c'était l'émotion. Bon c'est un enfant et à ce titre c'est une éponge. Il absorbe toute les émotions qui l'entourent. Mais je le sens particulièrement sensible, à la joie comme à la peine. Peut être est-ce dû au deuil que j'ai du vivre durant la grossesse. Certainement même.
 
 
Mais voilà, pour moi il n'osait pas marcher par timidité. Il sait pertinemment que cela va engendrer une très grande joie en nous. Et il va la ressentir, et c'est beaucoup trop d'émotions pour lui à gérer pour le moment.
 
 
Mais depuis que je joue quotidiennement à la course poursuite j'avais dis à Chéri qu'à tout les coups c'est pendant l'un de ses jeux qu'il allait, sans s'en rendre compte, faire ses premiers pas.
 
 

 
 
Alors déjà je suis fière. Fière de moi en tant que mère. Car j'ai su quand il allait faire ses premiers pas.
 
 
Et je suis fière de l'avoir vu faire, pour la première fois. Je suis fière de sa réaction: Il était mort de rire et en aucun cas mort de trouille.
 
 
Le soucis? C'est qu'il va vite courir avant de bien marcher vu que c'est dans le cadre du jeu de la course poursuite. Du coup plus de chute. Bah en même temps c'est un garçon, c'est un peu nécessaire.
 
 
Mais voilà, il a fait ses premiers pas. A 14 mois.
 
 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Quelque chose à dire?