jeudi 12 juillet 2012

Femmes enceintes, femmes prioritaires

Ce billet, ça faisait quelque temps qu'il me trottait dans la tête.
Et quelque part ça tombe bien puisque maintenant que je ne suis plus enceinte, j'ai -je pense- le recul et la réflexion nécessaires pour en causer.
Alors effectivement, sur la blogosphère des mamans, ce sujet a déjà été abordés. Beaucoup de fois.
Et même que certaine ont crié au plagiat. 
Alors non. Quand on écrit sur un sujet aussi vaste que la priorité des femmes enceintes dans les transports en commun, on ne peut en aucun cas crier au plagiat.
Sauf si le constat est accompagné d'une certaine réflexion personnelle.


 
 
 
Alors les transports en commun ça me connaît, n'ayant pas le permis.

20 minutes de métro pour arriver à la Gare de Lille, puis 20 minutes de tramway pour arriver sur mon lieu de travail.

En heure de pointe donc.
 
Et dans les transports en commun il y a deux horaires bien distincts.

Il y a les heures de pointes où on ne rencontre quasiment que des salariés et des lycéens et les horaires entre les deux.

Et bien il s'agit là de deux populations bien différentes en ce qui concerne la grossesse.

 

 
 
Déjà, lors de ma grossesse, je me suis très vite fait une réflexion qui me turlupinait:

Les 3 premiers mois sont les plus importants. Il faut vraiment faire attention.
Attention à sa station debout, aux chutes, au stress.
 
Sauf que durant ses trois premiers mois, bah ça ne se voit pas. Même avec le ventre ultra plat qui était (est aussi) le mien.

Bon, ok mes nichons étaient gros durant cette période mais en même temps, c'est pas comme ça que de pauvres inconnus pouvaient être au courant de ma grossesse.
 
Alors que faire...demander une place aux gens en leur annoncant ma grossesse qui ne se voit pas?

Prendre le risque de tomber sur quelqu'un qui ne me croierait pas et qui m'enverrait chier?

Quelque chose que je n'ose pas imaginer...je m'énerve très vite...trop vite...
Et j'avais  vraiment pris le parti de la sérenité pour ma grossesse.
 
Oui, certain pourront me dire qu'il faut penser à ma santé avant. Oui. Mais un autre problème se pose.

Pour l'annoncer à la majorité, nous voulions attendre les fameux trois premiers mois. Donc de devoir l'annoncer à des inconnus...ça m'a vraiment poser un problème.

Du coup, j'ai arrêté de me poser la question et je me suis dis que je ferais comme d'habitude, je me battrais intelligemment pour une place assise et au pire si ça va pas, bah je me mettrais par terre.
 
Et un jour, ça a commencé à se voir...mais vraiment un petit peu quoi...les gens qui me connaissaient le voyaient! 

Prendre les transports en commun, être debout et attendre...ça gêne.
Ça gêne car forcément quelqu'un va commencer à le voir et va vous prendre pour une handicapée trop conne de ne pas avoir demander une place assise.
 
Et la première personne qui m'ait laissé sa place, c'est un homme.
Il était gêné et s'est excusé de ne pas l'avoir vu tout de suite.
 
Et là je me suis fais une réflexion...

Quelqu'un de vieux, à qui il faut laisser sa place, ça se voit qu'il est vieux.

Je veux dire qu'il suffit de regarder son visage pour voir cette vieillesse et donc cette priorité.

Mais une femme enceinte, ça se voit uniquement à son ventre. Et généralement, quand les regards se croisent dans les transports en commun, c'est les yeux dans les yeux, fuyants ou non.

Donc ma grossesse ne se voyait que sur mon ventre et du coup, je pardonnais aux gens le fait qu'il ne le voit pas de suite.

C'est pas marqué sur mon front quoi.

 

 
 
Deuxième constat que j'ai pu faire c'est que la réaction des autres dépendait des horaires.
 
En heure de pointe, je croisais principalement des travailleurs et des lycéens.
Il y avait toujours quelqu'un qui me tendait sa place assise. Toujours.
 
Et puis il y a des jours où je quittais plus tôt le travail pour une consultation, une écho ou juste parce que je me sentais pas super bien.

Là je croisais d'autre gens. Une population différente de celle des heures de pointes.

Et bien j'ai très vite vu la différence. 

On regardait mon ventre mais en aucun cas on me laissait une place.
Et il y avait aussi de la véhémence autour de ça...

Je me souviens un jour, je rentrais de l'hôpital à métro. 
Personne ne me laisse de place.

Une vieille dame entre...et là, tape une scandale jte jure que j'avais envie de me cacher...
Le pire c'est qu'elle m'a engueulé aussi: "Faites leur bouger leur cul merde! Ils ne bossent pas alors ils peuvent rester debout hein!"

Et malgré ma position assisse offerte grâce à elle, elle continuait à faire la leçon à l'ensemble de la rame...

Elle avait raison dans son discours hein, mais j'étais trop fatiguée pour l'acquiesser alors je n'ai fait que lui sourire timidement.

 


 
Alors oui, nous femmes enceintes nous sommes prioritaires.
 
Comme si la grossesse, ce changement d'état avait modifié mon regard.
En fait non, ça a modifié le regard extérieur et de là j'ai pu faire un constat:
Sur Lille et sur mon tronçon de métro et de tramway,les gens les plus corrects étaient ceux que je croisais en heure de pointe.

 
Et j'ai eu une réflexion que je garderais toujours pour défendre l'humain:
Contrairement aux personnes âgées, votre grossesse ne se voit pas sur votre visage.
Alors pas étonnant qu'on ne le remarque pas de suite et qu'on ne vous propose pas dans la seconde une place.
 
 
 
 
 
Et voilà, c'était ma contribution à la réflexion, constats, sur les transports en commun et la priorité des femmes enceintes.
 

 


 
J'avais quand même envie de vous raconter une petite anecdote sur la priorité des femmes enceintes en caisse de supermarché.

Ce n'est certes pas le sujet exact de ce billet mais j'avais envie de terminer par ce moment qui m'a bien fait rire tellement les gens sont cons parfois.
 
J'étais donc enceinte de bien 7 mois de grossesse. J'attends à la file de caisse et on me demande de passer avant les gens.

Je n'ai jamais eu de soucis à ce niveau. Jamais sauf ce jour là.

 
Un couple d'une cinquantaine d'années était derrière moi.

Le type râle en spécifiant à qui voulait bien l'entendre (dont moi forcément)

"Et pourquoi elle passe devant tout le monde celle là?!!"
 
Je n'ai pas pu m'empêcher de rire...Mais un rire franc en plus!
 
Et la caissière lui rappelle que je suis enceinte.
 
Il me regarde d'un air dédaigneux et nous sors:
 
"Et alors?! c'est pas une maladie la grossesse que je sache alors faudrait peut être arrêter de déconner!"
 
Sur quoi, dans ma bonne humeur naturelle, je lui répond:
 
"La vieillesse n'est pas une maladie non plus. Et pourtant, dans très peu de temps vous serez bien content d'être prioritaires, d'accord?!"
 
 

 
 
Je ne mettrais jamais ma grossesse en avant pour une place assise ou pour passer avant tout le monde.
 
Car c'est le risque de frontalement se manger des cons et les cons ça m'agace.

Les cons ont sur moi un effet sans appel: Je rentre très vite dans une rage dévastatrice.
 
J'ai fais le choix de la tranquillité pour ma grossesse. Et à ce niveau ça a été un pari réussi.

Même si les évènements ont malheureusement fait que je n'étais pas totalement tranquille, je suis contente d'avoir échappée au maximum à la connerie humaine.

Car ce ne sont pas des sentiments que je voulais faire ressentir à mon bébé.

 


 
Alors femmes enceintes, femmes prioritaires?
 
Oui.
 
Mais j'ai plus la sensations qu'elle est prioritaire pour constater de la connerie des autres ce qui n'est pas spécialement bon lors d'une grossesse.
 
 
*

 
Alors toi femme qui projette d'avoir un enfant:

Te prend pas la tête, évite de parler aux gens et évite au maximum les situations conflictuelles.

Mais bon, à côté de ça, la grossesse est un pur moment de bonheur hein! ;op

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Quelque chose à dire?